Nina Garsoïan, les Récits Épiques et l’Arménie paléochrétienne

Nina Garsoïan, 1923-2022 (© Columbia University)

Première femme à être titularisée au Département d’Histoire de l’Université de Columbia en 1969, Nina Garsoïan a contribué au renouveau de l’historiographie arménienne et à la diffusion d’un savoir jusqu’alors peu accessible aux savants étrangers[1]. C’est sur la période dite paléochrétienne, durant l’Antiquité tardive, qu’elle se spécialise pour tenter de démontrer la dualité culturelle de l’Arménie sise entre les empires romain et perse. Son travail va à l’encontre d’une vision « eurocentriste » du peuple arménien condamné à l’isolement et au monolithisme, perçu comme un bastion de la culture occidentale, hellénistique puis chrétienne.

Ce billet revient sur sa relecture des Récits épiques, alimentée par ses recherches qui ont permis de mieux cerner l’histoire de cette Arménie des débuts du Christianisme.

1. La réhabilitation d’une source arménienne : le cas du Buzandaran PatmutꜤiwnkꜤ.

En 1989, N. Garsoïan faisait paraître une traduction anglaise commentée de l’Histoire d’Arménie d’un certain « PꜤawstos BuzandacꜤi » (Fauste de Byzance), longtemps négligée du fait de nombreuses controverses autour de ce personnage et de son œuvre. Celle-ci se compose de 4 livres couvrant les années 330 à 387, et retrace l’histoire politique et ecclésiastique d’une Arménie menacée par son puissant voisin perse.

1.1. Une œuvre mal-aimée

Dans une introduction conséquente, la savante reprend tous les points essentiels à la compréhension de cette œuvre : son origine, sa datation, sa conception, l’identité de l’auteur, ses sources, et, bien entendu, son apport historique. Elle explique que des jugements négatifs émis dès sa parution par des auteurs contemporains du Ve siècle ont eu raison de l’intérêt porté à cette source alors qu’eux-mêmes y puisent des références[2]. C’est qu’on lui préfère l’Histoire de Movsēs XorenacꜤi (ou Moïse de Khorène, surnommé le « Père de l’Histoire » pour les Arméniens) ainsi que les autres grandes œuvres historiques fondamentales perçues dans ce que N. Garsoïan appelle la Received Tradition (« Tradition reçue ») constituée lors de la réédition des sources arméniennes au XIXe siècle[3].

Cependant, N. Garsoïan le souligne, « cette négligence a pu préserver l’authenticité du texte de la réécriture, commun aux sources arméniennes »[4]. L’ancienne désignation des Récits épiques sous le titre “Fauste de Byzance” serait en réalité le produit d’une erreur de lecture, et l’œuvre ne serait pas le fruit du travail d’un érudit grec d’origine byzantine ou arménienne[5]. Son titre est en fait un mélange de parthe et d’arménien : bozand = bavant-zanda ou bavazanta/i = « un récitant de poèmes épiques ». Le suffixe –aran dénote à la fois en iranien et en arménien « la place, le lieu », ajouté à patmutꜤiwnkꜤ (« récits, histoires »), on obtient littéralement « le lieu des histoires épiques », soit les « Récits Épiques »[6].

1.2. Les sources des Récits épiques

N. Garsoïan s’est ensuite posée la question des sources utilisées par l’auteur. De fait, le titre de l’œuvre lui-même suggère que la principale source d’information est « la tradition orale vivante du passé immédiat de l’Arménie, ainsi que les contes et les chansons que les bardes racontent encore de nos jours. Elle est notre principale source pour la littérature orale, manifestement vaste de l’Arménie paléochrétienne, à laquelle, autrement, nous n’aurions pas eu accès »[7]. En effet, la plupart des références propres aux Récits épiques proviennent d’un réservoir essentiellement religieux – la Bible arménienne est traduite au début du Ve s. – mais les citations sont faites de mémoire[8].

Deux autres sources arméniennes, faisant partie de la « Tradition reçue », sont également présentes : le Cycle d’Agathange[9], retraçant l’évangélisation de l’Arménie par saint Grégoire (début du IVe siècle), et le récit de la création de l’alphabet arménien (début du Ve siècle) raconté par Koriwn dans sa Vie de MaštocꜤ[10]. Cela conduit N. Garsoïan à revoir la longue controverse autour des Livres qui composent l’œuvre, numérotés de III à VI et non pas de I à IV comme l’usage le voudrait. La source nous est bien parvenue en entier, mais elle a été conçue dès le départ comme « un lien chronologique entre deux récits déjà existants »[11]. Selon la savante, elle devait être intégrée dans une collection cohérente avec en guise de Livres I et II le récit de l’évangélisation de l’Arménie par saint Thaddée et saint Grégoire, et pour livres finaux, le récit de la création de l’alphabet arménien.

Dès lors, les Récits épiques constitueraient le cœur d’un vaste ensemble de récits de différents auteurs, portant sur la christianisation de l’Arménie, de l’apparition de cette foi à sa consolidation par un alphabet[12].

1.3. Une grande valeur historique

Si l’auteur anonyme ne se décrit pas comme un érudit, il n’a pas non plus la prétention de retracer une grande histoire de l’Arménie : en 4 livres, il évoque des événements qui se déroulent sur seulement 50 ans, là où Moïse de Khorène condense en 3 livres une histoire de l’Arménie depuis sa fondation mythique par Hayk jusqu’à la mort de saint Sahak le Grand ! N. Garsoïan revint sur la question dans un article de 2005 intitulé « L’histoire attribuée à Movsēs XorenacꜤi : Que reste-t-il à en dire ? ». L’idée ne fut pas de rabaisser l’œuvre du « père de l’Histoire » arménienne par rapport aux Récits épiques, mais plutôt de réaffirmer l’importance de ces derniers pour notre connaissance du IVe et du Ve siècles de l’histoire arménienne[13].

Trois grands thèmes sont identifiés par N. Garsoïan[14] : une « Histoire royale », qui couvre les règnes des derniers rois arsacides jusqu’à la partition de l’Arménie en 387 (date de fin des Récits épiques) entre les Perses et les Romains ; une « Histoire ecclésiastique », qui donne l’unique description détaillée de la succession héréditaire, avec de brèves interruptions, des patriarches de la maison des Grégorides ; une « Histoire des Mamikonian », qui fait état de la loyauté des aînés de la famille des Mamikonian dans leur charge de sparapet (« grand maréchal du royaume »), et de leur courage non récompensé par les rois arsacides. Ce thème de la défense des Mamikonian tout au long de l’œuvre pourrait permettre d’identifier l’auteur anonyme des Récits épiques comme un historien de cette famille[15].

N. Garsoïan souligne l’engagement de l’auteur des Récits épiques sur les évènements, contrairement aux autres sources arméniennes. Cette émotion peut prendre la forme de véritables homélies que l’auteur place dans le bouche de ses protagonistes, comme celle du patriarche saint Nersēs face à l’empereur romain Valens, alors disciple de l’arianisme plutôt que de l’orthodoxie nicéenne[16]. Son attitude conservatrice, aristocratique et orthodoxe place l’auteur anonyme du côté des patriarches d’Arménie et des grands seigneurs (les naχarars) en opposition à la maison royale des Arsacides et à leur tentative de centraliser le royaume[17].

Finalement, et selon les mots de N. Garsoïan, les Récits épiques apparaissent comme un « locus classicus pour toute reconstruction de la société arménienne du Haut Moyen Âge et de ses structures »[18]. Il est essentiel d’évoquer cette réhabilitation parce qu’elle est au cœur de ses travaux, et qu’elle n’est que l’aboutissement logique d’une succession d’études menées sur les influences culturelles de l’Arménie paléochrétienne, et notamment sur sa proximité avec le monde iranien.

2. Les influences iraniennes dans la société arménienne

« Prolegomena on a Study of the Iranian Elements in Arsacid Armenia » (1976) constitue le point de départ d’une série d’études qui visent à comprendre la place de la civilisation iranienne dans l’Arménie[19]. N. Garsoïan y revient encore dans l’Introduction de ses Récits épiques. Il ne faut pas oublier que les Arsacides d’Arménie sont issus de la branche parthe qui régna sur l’Iran jusqu’en 224, date à laquelle ils furent chassés par la nouvelle dynastie perse des Sassanides. Après la partition du royaume en 387, la monarchie arsacide perdura jusqu’en 428 avant d’être abolie et remplacée par un gouverneur perse. Ce « lien indissoluble »[20] va se retrouver dans plusieurs aspects de la société arménienne paléochrétienne.

2.1. Dans le domaine sociétal

La ressemblance de la structure sociétale entre l’Arménie et son voisin iranien est un point majeur relevé par N. Garsoïan. Dans un article de 1993 sur « Les éléments iraniens dans l’Arménie paléochrétienne », elle explique que « la société tripartite de l’Arménie arsacide, composée des grands, de la petite noblesse des chevaliers et du tiers état correspond aux états iraniens »[21]. C’est ce que les Récits épiques décrivent à travers les « grands nobles » (mecamec naχararkꜤ), la « petite noblesse » (azatkꜤ) et le « Tiers État » (ṙamikꜤ), faisant écho à un « féodalisme iranien », et directement repris des sources en pehlevi, telles que la Lettre de Tansar, le Testament d’Ardašir, ou l’Āyīn (« Règlements »)[22].

Mais le plus important est la tradition héréditaire de la transmission des offices qui « s’oppose radicalement à celle de la magistrature élective ou de la promotion dans une hiérarchie bureaucratique propre au monde romain »[23]. Dans sa réhabilitation des Récits épiques, N. Garsoïan précise aussi que « la base héréditaire du pouvoir, tant pour le roi que pour les naχarars, qui éloigne l’Arménie de toute théorie politique classique, est probablement le principal critère pour placer le pays à l’est de la ligne de partage des eaux culturelles qui sépare les mondes méditerranéen et iranien »[24]. À nouveau, les Récits épiques sont plus qu’évocateurs sur cette question puisque les Mamikonian, dont l’auteur anonyme de la source défend la cause, sont les détenteurs de l’office du sparapet (grand maréchal d’Arménie) qu’ils se transmettent de père en fils. Il en est de même pour le patriarcat de l’Église arménienne, exclusivement réservé aux membres de la famille des Grégorides. D’ailleurs, l’auteur des Récits épiques n’est aucunement choqué de cette passation héréditaire du pouvoir ecclésiastique, en dépit d’une violation flagrante de la loi canonique[25].

Ce schéma, qui s’applique à tous les offices de l’État, se retrouve bien évidemment dans la personne du roi. Il transmet la royauté de père en fils, et le titre de roi se confond avec le nom de la dynastie, soit les Arsacides, exactement comme les Grégorides pour le patriarcat, les Mamikonian pour l’office de sparapet… Ou les Surên dans l’Empire sassanide[26].

2.2. Dans le domaine intellectuel

Si les sources arméniennes démontrent un certain « anti-iranisme », elles ont, en réalité, un attachement inconscient aux traditions iraniennes. N. Garsoïan parle même d’un « iranian ethos » chez l’auteur des Récits épiques pourtant fermement chrétien[27]. C’est ce que l’on retrouve dans l’idéologie qui se crée autour de l’image et de la figure du roi ou du héros. Dans « The Iranian Substratum of the AgatꜤangelos Cycle » (1982), elle relève que les souverains arsacides invoquent « la gloire de leurs anciens rois et vaillants ancêtres »[28]. Cette gloire (pꜤarkꜤ) légitime le souverain en le rendant invincible dans sa défense du pays contre les forces du Mal, même après sa mort.

Ailleurs, dans les Récits épiques cette fois-ci, l’épithète kꜤaǰ (« bravoure », « courage ») est restreinte à la maison royale des Arsacides, puis elle est transférée par l’auteur à la famille des Mamikonian, en raison des actes héroïques de ces derniers contre les assauts des Perses[29]. Tout ceci rappelle la tradition épique iranienne qui confère au roi ou au héros un attribut « surnaturel », conféré par le dieu Vərəθraγna (arm. Vahagn) et dont le but est de renforcer la légitimité du personnage dans son action et dans son invincibilité[30].

Plat sassanide, 300-500 apr. J.-C. Argent, or H 4,0 cm ; Diam. 25,4 cm. Hôtel de la Marine, Paris

Cette gloire et cette bravoure font écho à un autre aspect idéologique : la chasse et le banquet. Dans « The Locus of the Death of Kings : Iranian Armenia – the Inverted Image » (1981), N. Garsoïan montre l’importance d’exalter le statut social, et la vertu morale est similaire aux pratiques et croyances de l’Iran[31]. Dans les Récits épiques, N. Garsoïan note que les moments cruciaux sont toujours liés à un contexte de banquet ou de chasse[32]. Ce n’est pas un hasard, car ces moments critiques caractérisent l’apothéose royale dans la tradition épique iranienne. La vaisselle sassanide et les reliefs rupestres, en particulier, dépeignent des scènes de chasse emblématiques à rapprocher de la description qui en est faite dans les sources arméniennes.

2.3. Dans le domaine militaire

Dans « L’art iranien comme témoin de l’armement arménien sous les Arsacides » (1992), N. Garsoïan regrette « notre ignorance presque complète de son aspect visuel causée par la rareté extrême de monuments indigènes attribuables à cette époque »[33]. Mais elle y propose une méthodologie pour mieux connaître cette armée : comparer les sources textuelles arméniennes avec les sources visuelles iraniennes.

Graffito d’un cataphractaire parthe Doura Europos (Syrie)

Les sources arméniennes célèbrent comme guerrier par excellence non pas le roturier fantassin, tel le légionnaire romain, mais plutôt le seigneur à cheval faisant partie de la cavalerie noble [azatagund], « vaillant chevalier d’élite, couvert d’armure ainsi que son destrier, déployant étendard et bannière et brandissant la lance »[34]. C’est l’équivalent exact du noble vaspuhr de la société iranienne passant tout son temps à cheval et immortalisé dans les Récits épiques par l’apothéose du sparapet Mušeł Mamikonian monté sur son coursier blanc. De la même manière, l’évocation de Manuēl Mamikonian vêtu d’une armure complète et d’un destrier caparaçonné peut rappeler l’imagerie des cavaliers lourds orientaux[35].

L’étymologie des termes est iranienne : pour ne prendre qu’un exemple, la lance « nizak » devient « nēzag », et donne son nom aux compagnons d’armes proches des héros = nizakakicꜤ. Pour N. Garsoïan, il ne fait aucun doute que le système militaire et l’armement arménien sous les Arsacides étaient typiquement iraniens et non romains. Elle souligne également « une parenté entre les deux pays remontant au moins à l’époque parthe, comme c’est aussi le cas pour les emprunts linguistiques, et non due uniquement à l’influence de la société sassanide contemporaine »[36]. Cette originalité amène N. Garsoïan à concevoir la société arménienne comme « anachronique » puisqu’elle serait plutôt issue du monde parthe que du monde sassanide, contemporain des sources littéraires arméniennes.

 

Pour conclure, l’apport de N. Garsoïan sur l’histoire de l’Arménie paléochrétienne et médiévale ne peut être nié. En effet, pour toute étude avancée sur le sujet, il paraît impossible de passer outre ses nombreux articles qui constituent un véritable corpus d’une haute érudition. Sa relecture des Récits épiques nous a offert une nouvelle image de l’Arménie ancienne et médiévale. Comme tout historien, elle n’est cependant pas exempte de critiques, notamment pour son indulgence envers les Récits épiques et le crédit qu’elle leur octroie.

Les recherches initiées par N. Garsoïan n’ont eu pour seul but, selon ses propres mots, que de « redresser quelque peu le bilan, en esquissant, ne serait-ce que sommairement, l’influence de l’Iran sur la formation de l’Arménie paléochrétienne »[37].

Bibliographie

MAHÉ Jean-Pierre, THOMSON Robert William, From Byzantium to Iran : Armenian studies in honour of Nina G. Garsoïan, Atlanta, 1997.

GARSOÏAN Nina :

  • 1967 : The Paulician heresy : a study of the origin and development of paulicianism in Armenia and the eastern provinces of the Byzantine empire, thèse de doctorat, La Haye-Paris.
  • 1982 : « The Iranian Substratum of the ‘AgatꜤangełos’ Cycle », in East of Byzantium Syria : and Armenia in the Formative Period, éd. N. Garsoïan, T. Mathews, R. W. Thomson, Washington, p. 151-174.
  • 1985 : Armenia between Byzantium and the Sasanians, Londres.
  • 1989 : The Epic Histories attributed to PꜤawstos Buzand (Buzandaran PatmutꜤiwnkꜤ), Cambridge.
  • 1993 : « Conférence de Mlle Nina G. Garsoïan », conférence inédite publiée dans Annuaire EPHE, Ve section, t. 102, p. 167-170.
  • 1997 : Des Parthes au Califat : quatre leçons sur la formation de l’identité arménienne, Paris
  • 1999 : Church and Culture in Early Medieval Armenia, Aldershot.
  • 1999 : L’Eglise arménienne et le Grand Schisme d’Orient, Louvain.
  • 2004 : « La date de fondation de Theodosioupolis-Karin », in Revue des études byzantines 62, p. 181-196.
  • 2005 : « L’histoire attribuée à Movsēs XorenacꜤi : Que reste-t-il à en dire ? », in REArm 29, p. 29-48.
  • 2010 : Studies on the Formation of Christian Armenia, Aldershot.
  • 2012 : Interregnum : introduction to a study on the formation of Armenian identity, ca 600-750, Louvain.
  • 2011 : De vita sua, mémoires, Mazda Publishers.
  • 2015 : « Daniel ou Anahita ? », in REArm 36, p. 1-11.
  • 2020 : « Karen Nikitich Yuzbashyan », in Armenia between Byzantium and the Orient, éd. B. Outtier, C. B. Horn, B. Lourié, A. Ostrovsky, Leide, p. 10-16.

[1] En témoignent ses traductions personnelles d’ouvrages érudits : The Trade and Cities of Armenia in Relation to Ancient World Trade par H. Manandian, Lisbonne, 1966 ; Armenia in the Period of Justinian : The Political Conditions Based on the Naxarar System par N. Adontz, Lisbonne, 1970 ;  The Arab Emirates in the Bagratid Armenia par A. T. Ghewondyan, Lisbonne, 1976.

[2] C’est le cas de Łazar PꜤarpecꜤi, historien arménien du Ve siècle, qui souligne des « faussetés », des « absurdités » chez le « Fauste de Byzance », indignes d’un « érudit byzantin » (ŁP, I.ii-iii). Cependant, il n’hésite pas à lui emprunter des passages : l’homélie des nobles arméniens rebelles attribuée à Saint Sahak Ier (ŁP, I.xiii) fait parallèle à la condamnation des grands seigneurs arméniens chez « Fauste » (IV.li).

[3] 1989 : p. 3. L’idée d’une “Tradition reçue” n’a jamais été concrètement théorisée, mais les Arméniens se sont plu à préférer le texte de Moïse de Khorène comme fondateur de l’identité du peuple arménien. Sur la première historiographie arménienne, voir Traina 2015, p. 153-164.

[4] 1989 : p. 3, n. 6.

[5] Mais aussi à une mésinformation de la part des auteurs arméniens eux-mêmes, comme en témoigne l’historien Łazar PꜤarpecꜤi dans son Histoire de l’Arménie ; voir note 2.

[6] 1989 : p. 14.

[7] 1989 : p. 30.

[8] Pour ne citer qu’un exemple :

Amos 5:10

« Il y a ceux qui haïssent celui qui réprimande à la porte et méprisent celui qui parle avec intégrité ».

BP, III.xiii

« Ils haïssaient celui qui réprouvait dans les portes et dépréciait les paroles saintes ».

[9] Sur la problématique que représente cette source, voir Gérard GARITTE, Documents pour l’étude du livre d’Agathange, Cité du Vatican, 1946.

[10] Sur cette source, voir la traduction française de Jean-Pierre MAHÉ, « Koriwn, la Vie de MaštocꜤ », in REArm 30, 2005-2007, p. 59-97.

[11] 1989 : p. 21.

[12] L’origine de cette mystérieuse compilation peut s’expliquer par le contexte historique de son écriture. L’exaltation zélée de la religion chrétienne et le sentiment d’une « histoire nationale » s’opposent directement à la tentative perse d’instaurer le Zoroastrisme à une Arménie déjà christianisée. Voir 1989 : p. 22-35.

[13] 2005 : p. 30-37.

[14] 1989 : p. 1-3.

[15] C’est un procédé classique des sources arméniennes que de prendre la défense d’une famille de naχarars, les grands seigneurs d’Arménie. Si les Récits épiques érigent en héros les Mamikonian, Moïse de Khorène leur préfère les Bagratuni. Voir 2005 : 37-44.

[16] BP-G IV.iv.

[17] Les rois arsacides tentent de surveiller les naχarars (III.viii) ou d’extirper des clans entiers (III.viii, xviii ; IV.xix). Voir 1989 : p. 47-48.

[18] 1989 : p. 49.

[19] Les articles cités ont été réunis dans Armenia between Byzantium and the Sasanians, Londres, 1985.

[20] 1976 : col. 180.

[21] 1993 : p. 167.

[22] 1976 : col. 182.

[23] 1993 : p. 168.

[24] 1989 : p. 51-52.

[25] 1989 : p. 50. Il applique même à la primauté spirituelle le terme séculaire dynastique de nahapet (IV.iii) utilisé d’ordinaire pour les chefs d’une maison noble, indiquant ainsi qu’il conçoit les dignités spirituelles et séculaires comme appartenant au même ensemble serré de prérogatives héréditaires.

[26] 1976 : col. 179-181.

[27] 1989 : p. 54.

[28] 1982 : p. 157.

[29] BP-G V.ii.

[30] 1982 : p. 158-162.

[31] Pour un récit plus détaillé des thèmes de chasse et de banquet, voir 1981 : p. 46-64.

[32] BP-G III.xx ; IV.liv ; V.vii, xxxii.

[33] 1992 : p. 385.

[34] 1992 : p. 387 et n. 16.

[35] 1992 : p. 388.

[36] 1992 : p. 395.

[37] 1993 : p. 167.



Citer ce billet
Éric Grau (2022, 3 octobre). Nina Garsoïan, les Récits Épiques et l’Arménie paléochrétienne. Ipse Dixit. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://ipsedixit.hypotheses.org/1245

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search