Jean-Louis Ferrary, la Grèce et Rome après Philhellénisme et impérialisme

J.-L. Ferrary en 2019 (cliché J.-F. Dars / © EFR).

La thèse d’État de Jean-Louis Ferrary et ouvrage majeur Philhellénisme et impérialisme, publiée en 1988, s’arrête à la deuxième guerre de Rome contre Mithridate. L’historien descend progressivement dans la chronologie par la suite, étendant ses analyses aux dernières décennies de la République et à l’Empire. Agrégé de lettres classiques, Jean-Louis Ferrary traduisait aussi bien le latin que le grec, et possédait une double formation, littéraire et d’historien. Les sources littéraires occupent une place cruciale dans ses recherches, notamment Polybe et surtout Cicéron. Mais la documentation épigraphique qui s’enrichit grandement à son époque permet d’approfondir considérablement l’étude des cités hellénistiques et de leurs rapports avec le pouvoir romain, notamment grâce aux inscriptions d’Asie Mineure : décrets honorifiques, sénatus consultes, décrets des amphyctions…1

Je propose ici quelques clés de lecture pour comprendre certains des thématiques et apports essentiels de ses travaux.

 

  1. L’expérience romaine de la Grèce
  • Et d’abord la perception romaine des institutions et idées politiques des Grecs :

Cicéron et son expérience personnelle du monde grec apportent des informations sur les institutions judiciaires de Rhodes. Jean-Louis Ferrary décortique dans « Cicéron et les institutions rhodiennes » (1987) la critique cicéronienne de la démocratie, qui engendre selon lui une société trop peu hiérarchisée (corps civique grec contre société d’ordres romaine) et donne un poids trop important à l’assemblée populaire. Cicéron oppose ainsi les régimes de Rhodes (démocratie « modérée ») et d’Athènes (démocratie dévoyée). On relève ici l’importance des œuvres de Cicéron pour Jean-Louis Ferrary, en particulier le De Re Publica, œuvre déjà au centre de sa thèse de doctorat en 19742.

De manière générale, il démontre dans « Les Romains de la République et les démocraties grecques » (1989) que « la démocratie grecque n’a jamais été considérée par les Romains comme un modèle dont on peut s’inspirer. Elle n’était pas non plus un adversaire qu’on dût réduire dans un combat idéologique, mais le désordre qu’elle leur paraissait favoriser les inquiétait, et le maintien de leur hégémonie s’accommodait mieux de l’évolution de leurs sujets vers un ordre politique plus proche de celui des nouveaux maîtres du monde »3.

  • Il analyse également le jugement romain sur les valeurs et la culture grecques :

Dans une importante étude sur « La géographie de l’hellénisme sous la domination romaine » (2011), il analyse la très mauvaise opinion qu’ont les Romains des valeurs « morales » des Grecs : les Romains pensent la Grèce selon l’idée de déclin. Pour Rome, la Grèce digne de respect est surtout « la vieille Grèce du passé, et la vraie Grèce d’Europe »4. La phrase célèbre et cruelle de Sylla l’illustre bien, qui, prenant Athènes, accorde son pardon à ses habitants « en l’honneur de leurs morts »5. Néron illustre à l’extrême cette vision hiérarchique qui oppose vraie Grèce et Grèce d’Asie lorsqu’il proclame la liberté de tous les Grecs en 66 mais ne l’accorde en réalité qu’à ceux de la province d’Achaïe. Idem avec la création du Panhellénion par Hadrien : si la manœuvre est un peu plus subtile, elle ne semble pas pour autant intégrer les cités d’Asie, ni d’ailleurs celles d’Occident.

« Rome, Athènes et le philhellénisme dans l’empire romain, d’Auguste aux Antonins » (1996) constitue un apport essentiel à l’étude de l’expérience romaine de la Grèce et de l’influence grecque sur Rome. Jean-Louis Ferrary y revient sur des questions déjà abordées dans son Philhellénisme. Ce terme est déjà employé à l’époque classique, où il s’applique à des Grecs comme à des barbares ayant défendu les valeurs de l’hellénisme. Néron, qui proclame la liberté des Grecs en 66, est le seul Romain salué du titre de Philhellène dans l’épigraphie. Mais l’esprit du philhellénisme de Néron est très différent de celui de Flamininus, qui n’avait pas d’intérêt profond pour la culture grecque et dont la manœuvre de proclamation de la liberté des Grecs à Corinthe en 196 fut essentiellement politique. Avec Néron, « Rome ne se coule plus dans le moule d’une politique hellénistique où les rivalités entre grandes puissances les incitaient par réalisme à composer avec les cités ; elle rend hommage, en souvenir d’un passé explicitement regretté, à ce qui avait été le cœur de l’hellénisme, à ce que les Romains ont toujours eu tendance à considérer comme le seul hellénisme »6, à savoir en gros le Péloponnèse et l’Attique.

  • Hellénisation de Rome :

Malgré ce jugement peu amène, Rome s’hellénise, mais d’une façon très particulière : citant Paul Veyne, Jean-Louis Ferrary souligne que « Rome veut s’acculturer sans s’identifier ; elle s’hellénise pour s’affirmer, alors qu’aux yeux des Grecs l’hellénisation équivaut à une naturalisation ; Rome les déconcertera, c’est une ville hellénisante qui leur échappe »7. Pour autant, l’hellénisme acquiert progressivement à Rome une importance réelle, qui s’exprime dans l’architecture à partir de Pompée avec la construction de théâtres. L’organisation de concours à Rome par Néron pour la première fois en 60, puis par Domitien en 86, fait de la Ville une polis hellenis selon le mot de Louis Robert8. Rome, où rhéteurs et philosophes affluent depuis le IIe siècle av. J.-C., devient un haut lieu de la vie intellectuelle de langue grecque9. Les plus grands écrivains de langue grecque y font des séjours prolongés, surtout à l’époque de César et d’Auguste, et montrent un intérêt certain pour la littérature de langue latine en traduisant des œuvres du latin au grec. On dénote également l’influence de la poésie augustéenne sur certaines épigrammes grecques contemporaines. Rome, épitomè tes oikouménès, « condensé du monde connu », devient « le lieu privilégié des contacts entre les deux grandes cultures de l’empire »10, et il s’y réalise une koinè culturelle.

2. L’expérience grecque de Rome

Les travaux de Jean-Louis Ferrary éclairent également l’expérience grecque de Rome, et analysent la perception grecque de l’équilibre des pouvoirs à Rome (dans « Les ambassadeurs grecs au Sénat romain » (2007) par exemple) : c’est pour eux un système aristocratique, car ils sont reçus par le Sénat et non par l’assemblée, un Sénat qui leur « apparaît comme un conseil composé de personnages aussi puissants que les anciens rois »11. L’essor de la puissance romaine entraîne la multiplication des ambassades « venues solliciter les maîtres du monde »11. Ces ambassades voient progressivement une modification de leur fonction, du domaine de la diplomatie (guerre, paix, alliance) à celui de l’administration (rapports entre pouvoir central et cités)12. Ferrary pointe l’importance de la pratique du patronat à laquelle les Grecs doivent s’adapter, alors que l’audition devant le Sénat devait être précédée par une intense activité de lobbying. Il s’appuie en cela sur les travaux fondamentaux de M. Coudry sur le Sénat13.

Dans la continuité de cette thématique, il étudie les nouveaux développements du presbeutikos logos, le discours d’ambassade, et comment celui-ci s’adapte aux spécificités romaines dérogeant à la pratique grecque. Il souligne à nouveau dans « La rhétorique des ambassadeurs grecs devant le Sénat romain » (2016) l’importance cruciale des inscriptions de Colophon qui pallient en partie la disparition quasi-totale de la production oratoire d’époque hellénistique.

3. Les modalités des mutations du monde grec

Jean-Louis Ferrary développe longuement l’étude des modalités des mutations du monde grec, et met en évidence l’existence d’évolutions progressives impulsées par les pratiques romaines davantage que par des décisions conscientes et brutales. On ne discerne pas dans la documentation de changements brusques : les pratiques de l’administration romaine et la présence d’Italiens provoquent des mutations progressives de l’évergétisme, du concept de démocratie etc. Ses travaux s’attachent aux continuités contre une historiographie antérieure qui tendait à surconsidérer l’importance des ruptures et d’une périodisation tranchée.

  • À l’échelle de l’organisation des territoires après la conquête, d’abord :

Dans son article sur « Le passage de la Macédoine et des régions adjacentes sous la domination romaine (168-88) » (2017), il analyse la gestion romaine entre Pydna et Corinthe, la réorganisation institutionnelle qu’elle engendre et la provincialisation des régions frontalières (Illyrie…). Il souligne l’apport de M. Hatzopoulos qui démontre l’importance des éléments de continuité entre Macédoine monarchique et Macédoine romaine14. Il exprime l’idée que « les Romains ne cherchèrent pas à bouleverser une organisation plutôt efficace, et préférèrent se contenter de l’infléchir dans le sens qui leur paraissait le plus favorable à leurs intérêts propres »15. Il en va de même pour l’intégration de l’espace pontique dans la sphère romaine, dont il démontre dans un article de 2007 qu’elle se fit par étapes et fut graduelle et pragmatique16.

Le tableau historique des rapports entre « Rome et les cités grecques d’Asie Mineure » (2001) qu’il brosse est encore plus parlant. Il s’y appuie sur des travaux récents qui relativisent l’importance des étapes17 et mettent l’accent sur les éléments de continuité : E. Gruen dépeint un pouvoir romain beaucoup moins interventionniste qu’on l’a souvent dit18 ; R. Kallet-Marx pense qu’on a surévalué l’importance de la création des provinces, pour lui, l’étape décisive est le rétablissement romain après la crise mithridatique en 8819 ; R. Bernhardt met l’accent sur les éléments de continuité du point de vue des cités grecques, la polis grecque demeurant intacte jusqu’à la fin de la République20. Là encore, Jean-Louis Ferrary met en exergue l’importance des continuités et les limites de la périodisation21.

  • À l’échelle des cités, ensuite :

L’historien analyse les mutations de la démocratie grecque et de la vie et de l’organisation des cités dans la sphère d’influence romaine. Il conclue à la précocité de ces phénomènes, initiés dès le IIe siècle, et étudie les réactions des communautés grecques à l’influence romaine plus ou moins insidieuse.

Dans un article de 2010 interrogeant la nature de la « démocratie des Anciens », ses définitions, ses évolutions de l’époque classique à l’époque hellénistique et romaine, il cherche à déterminer à la fois à quel moment le système, de démocratique, devint-il essentiellement aristocratique/oligarchique, quelle est la part de ce déclin imputable à l’hégémonie romaine, et dans quelle mesure les cités surent résister à ce contexte très défavorable ? Il met en évidence le glissement conceptuel de la demokratia :  la démocratie s’entend d’abord sur le plan institutionnel, en tant que régime qui s’oppose à la tyrannie et implique la participation des citoyens à l’assemblée ; mais le concept subit une redéfinition progressive sur le plan des rapports avec les puissances hégémoniques, jusqu’à signifier le fonctionnement libre de la cité selon ses propres lois, sous contrôle d’un représentant d’une puissance hégémonique : on constate donc un appauvrissement du sens de la demokratia, en un glissement vers l’autonomia. Cette mutation passe par divers mécanismes. Sous l’influence romaine, les conseils voient le renforcement de leurs pouvoirs, et la distinction des bouleutes les consacre progressivement comme une catégorie privilégiée du corps social. Il faut souligner ici l’importance et l’influence des travaux de Ph. Gauthier, sur l’apparition courant IIe siècle d’une nouvelle catégorie de grands évergètes citoyens, menace insidieuse contre la démocratie puisqu’elle conduit à la reconnaissance institutionnelle d’une hiérarchie civique22.

  • Ferrary met aussi en exergue les différences dans le traitement romain entre Grèce d’Asie et Grèce d’Europe :

Dans deux articles déjà cités, il montre comment la conception romaine de l’hellénisme oppose Grèce d’Asie et Grèce d’Europe. Le philhellénisme romain s’exprime dans le sens de l’admiration de la Grèce classique. Ce philhellénisme réaffirme la primauté des cités d’Achaïe sur leurs colonies d’Asie23, sélectivité qui s’exprime dès l’époque républicaine. Mais c’est à l’époque impériale que l’on distingue les plus importants développements que cette conception engendre. Cette vision romaine d’opposition entre vraie Grèce et Grèce d’Asie « va à contre-courant d’une évolution historique qui favorisait au contraire les cités d’Asie, plus riches, plus dynamiques, et capables de disputer jusqu’à la primauté intellectuelle d’Athènes »24. « L’hégémonie romaine, dès la fin de la République, sous Auguste et plus encore sous les Antonins, a contribué à freiner le déclin, clairement perceptible depuis l’époque hellénistique, de la vieille Grèce d’Europe face à la Grèce d’Asie »23. La politique de grands travaux d’Hadrien et de Marc Aurèle marque ainsi le nouvel apogée d’Athènes25. Et pourtant, paradoxalement, Rome favorise l’achèvement du processus d’hellénisation de l’Asie, en imposant l’organisation du territoire conquis en cités, donc en en généralisant le principe et en créant des cités là où il n’y en avait pas encore.

4. L’adaptation des cités grecques à la domination romaine

Jean-Louis Ferrary décrit enfin l’adaptation active des cités grecques à la domination romaine, entre tentatives d’en tirer avantage et résistance au mouvement qui les prive progressivement de leur souveraineté.

On sent à nouveau ici l’influence des travaux de R. Bernhardt, selon lequel « sous l’occupation romaine, les cités, tout en acceptant leur sujétion, s’efforcèrent d’améliorer leur position. Leur attitude était uniquement fonction de leurs intérêts : les armées de clients n’empêchaient pas les cités de défendre opiniâtrement leurs droits vis-à-vis de l’occupant, si besoin était »26. Elles conservèrent largement dans leurs relations internationales les pratiques qui étaient les leurs avant l’irruption de Rome. Les traditions et l’idéologie civiques furent consciemment maintenues, et Jean-Louis Ferrary, à la suite de R. Bernhardt, insiste sur les continuités, alors qu’on ne discerne dans la documentation aucun changement radical dans la politique interne ou extérieure des cités27.

« La liberté des cités et ses limites à l’époque républicaine » (1999) « inscrit le problème des cités libres et de leur statut dans le problème plus général de la tension entre l’idéal civique de la liberté et les impératifs de l’hégémonie romaine »28. Il analyse « Le statut des cités libres dans l’empire romain à la lumière des inscriptions de Claros », documents d’une importance et d’une richesse exceptionnelles pour notre connaissance des privilèges que les cités pouvaient obtenir et leurs moyens de préserver ces privilèges face aux menaces d’empiètement du pouvoir romain. Le statut des cités libres ne s’est progressivement constitué qu’à partir de la seconde moitié du IIe siècle, suite à la création des provinces d’Afrique, de Macédoine et surtout d’Asie29 ; la préservation de leur liberté passe alors par la création de liens avec des aristocrates romains qui deviennent les patrons de la cité et ses protecteurs au Sénat. Mais bien entendu, cette notion de liberté est ambiguë : « Les cités, même lorsque l’acceptation du pouvoir romain avait depuis longtemps cessé d’être objet de débat, avait peine à toujours accepter de faire la différence entre le privilège de liberté et une liberté idéale qui, en fait, n’avait jamais été compatible avec l’hégémonie romaine »30.

Pour conclure ce bref tour d’horizon des travaux de Jean-Louis Ferrary sur les rapports entre Rome et le monde grec, je voudrais souligner l’attention qu’il a toujours portée aux évolutions historiographiques de son champ de recherche. C’est encore un extrait de la préface à son recueil d’articles paru en 201731 qui l’illustre le mieux : « à la fin des années 80, j’étais très sensible à la survie de l’idéal démocratique à l’époque hellénistique, surtout jusqu’au milieu du IIe siècle avant notre ère (on reconnaîtra là sans difficulté l’influence de Philippe Gauthier), et j’avais tendance à m’intéresser surtout aux réformes imposées par le pouvoir romain pour limiter les excès de la liberté. L’existence ou la pérennité de ces réformes a souvent été mise en doute, mais je continue à croire qu’on a été trop loin en ce sens. J’ai pourtant moi aussi évolué, y compris grâce à mes propres élèves, en prenant davantage conscience de ce que l’évolution de la cité grecque à l’époque impériale obéit aussi à une logique interne, qui satisfaisait Rome sans que celle-ci l’ait nécessairement imposée »32.

Ce retour inlassable à l’ouvrage le pousse à accorder une attention toute particulière à la mise à jour de ses travaux. Lorsqu’il fait le point en 2000 dans une communication sur l’historiographie moderne du jugement de Polybe sur la domination romaine, douze ans après son chapitre dans Philhellénisme et impérialisme, il reconnaît la nécessité de compléter ou corriger ce qu’il a écrit. Il corrige sa première analyse selon laquelle Polybe devait avoir une appréciation positive de l’αἵρεσις de Rome, analyse « sans doute trop abrupte »33 et corrigée alors pour une conception plus nuancée. Dans un va et vient continu avec l’historiographie, il accepte certaines thèses, en rejette d’autres, amende son œuvre, nuance ses analyses. Cela est particulièrement saillant dans son recueil Rome et le monde grec, dans lequel s’exprime un souci constant de mise à jour des travaux sélectionnés, lorsque les progrès de la recherche l’exigent. Dans son recueil de 2017, il accompagne son article sur « L’essor de la puissance romaine dans la zone pontique » (2007) d’une note additionnelle sur la date d’un traité, dont la redéfinition rend caduques les premières pages de son article : il n’hésite pas alors à reconnaître qu’il n’avait pas connaissance de travaux contredisant son développement. Dans une autre note additionnelle à son article « Traités et domination romaine dans le monde hellénique » (1990), il signale très simplement que l’accroissement considérable de la documentation lui donne tort en partie, et corrige en conséquence ses interprétations. De la même manière, lorsqu’il réédite son Philhellénisme et impérialisme en 2014, il l’accompagne d’une imposante postface « incluant une bibliographie complémentaire et des éléments de mise à jour pour les points les plus importants »34. Ces quelques exemples significatifs témoignent bien de la maturation des idées, non seulement du point de vue de l’écriture de l’histoire au cours du temps, mais aussi au niveau individuel, du chercheur au cours de sa propre carrière, des thèmes que ses recherches et ses rencontres le poussent à aborder ou à analyser sous des angles nouveaux.

 

Bibliographie :

BERNHARDT Rainer, Polis und römische Herrschaft in der späten Republik (149-31 v. Chr.), Berlin/New York, 1985.

COUDRY Marianne, Le Sénat de la République romaine de la guerre d’Hannibal à Auguste : pratiques délibératives et prise de décision, Rome, 1989.

FERRARY Jean-Louis :

  • 1974 : Les amis de Scipion Émilien et l’empire de Rome, thèse de doctorat, Paris.
  • 1987 « Cicéron (De Re Publica 3, 35, 48) et les institutions rhodiennes », dans Filologia e forme letteriarie. Studi offerti a Francesco Della Corte, Urbino, II, p. 247-252.
  • 1988 : Philhellénisme et impérialisme. Aspects idéologiques de la conquête romaine du monde hellénistique, Rome.
  • 1989 : « Les Romains de la République et les démocraties grecques », dans Opus 6-8, p. 203-216.
  • 1990 : « Traités et domination romaine dans le monde hellénique », dans I Trattati nel mondo antico. Forma, ideologia, funzione, éd. L. Canfora, M. Liverani, C. Zaccagnini, Rome, p. 217-235.
  • 1991 : « Le statut des cités libres dans l’empire romain à la lumière des inscriptions de Claros », CRAI, p. 557-577.
  • 1996 : « Rome, Athènes et le philhellénisme dans l’empire romain, d’Auguste aux Antonins », dans Filellenismo et tradizionalismo a Roma nei primi due secoli dell’impero, Rome, p. 183-210.
  • 1999 : « La liberté des cités et ses limites à l’époque républicaine », dans Mediterraneo Antico 2, p. 69-84.
  • 2001 : « Rome et les cités grecques d’Asie Mineure au IIe siècle », dans Les cités d’Asie Mineure occidentale au IIe s. av. J.-C., éd. A. Bresson, R. Descat, Bordeaux, p. 93-106.
  • 2003 : « Le jugement de Polybe sur la domination romaine : état de la question », dans Polibio y la Península Ibérica, éd. J. Santos, Vitoria-Gasteiz, p. 15-32.
  • 2007 : « L’essor de la puissance romaine dans la zone pontique », dans Une koinè pontique, éd. A. Bresson, J.-L. Ferrary, A. Ivantchik, Bordeaux, p. 319-325.
  • 2007 : « Les ambassadeurs grecs au Sénat romain », dans L’Audience: rituels et cadres spatiaux dans l’Antiquité et le haut Moyen Âge, éd. M. Sot, Paris, p.113-122.
  • 2010 : « Démocratie(s) des Anciens », conférence inédite publiée dans Rome et le monde grec, Paris, 2017, p. 35-53.
  • 2011 : « La géographie de l’hellénisme sous la domination romaine », Phoenix 65, p. 1-22.
  • 2016 : « Les Grecs devant le Sénat romain », dans La rhétorique du pouvoir. Une exploration de l’art oratoire délibératif grec, éd. M. Edwards, Genève, p. 183-201.
  • 2017 : « Le passage de la Macédoine et des régions adjacentes sous la domination romaine (168-88) », dans Βορειοελλαδικά. Tales from the Lands of the Ethne. Histoire du monde des ethnè, éd. Cl. Antonetti, A.-M. Guimier-Sorbets, M. Kalaitzi et P. Paschidis, Μελετήματα, Athènes.
  • 2017 : Rome et le monde grec. Choix d’écrits, Paris.

GAUTHIER Philippe, Les cités grecques et leurs bienfaiteurs (IVe-Ier siècle av. J.-C.). Contribution à l’histoire des institutions, Athènes, 1985.

GRUEN Erich S., The Hellenistic World and the Coming of Rome, Berkeley/Los Angeles, 1986.

HATZOPOULOS Miltiade, Macedonian Institutions under the Kings, Athènes, 1996.

KALLET-MARX Robert M., Hegemony to Empire. The Development of the Roman Imperium in the East from 148 to 62 B. C., Berkeley, 1995.

  1. Il évoque ainsi « le rôle central que les inscriptions de Claros (les  dédicaces en l’honneur de Romains puis les “mémoriaux”) ont progressivement  joué dans [s]es recherches sur Rome et le monde grec » (Ferrary 2017 : 11). []
  2. Les amis de Scipion Émilien et l’empire de Rome, EPHE, Paris. []
  3. p. 206. []
  4. p. 12. []
  5. Plutarque, Sylla, 14, 10. []
  6. p. 188. []
  7. Cité p. 191. []
  8. Cité p. 197. []
  9. p. 203. []
  10. p. 204. []
  11. p. 116. [] []
  12. p. 119. []
  13. Le Sénat de la République romaine de la guerre d’Hannibal à Auguste : pratiques délibératives et prise de décision, Rome, 1989. []
  14. Macedonian Institutions under the Kings, Athènes, 1996. []
  15. s. p. ; cf. p. 130 de Ferrary 2017. []
  16. « L’essor de la puissance romaine dans la zone pontique », 2007. []
  17. 196 : « guerre froide » avec Antiochos III. 188 : traité d’Apamée par lequel Antiochos perd l’Asie Mineure. 133-126 : provincialisation de l’Asie ; et en 88 la guerre contre Mithridate roi du Pont. []
  18. The Hellenistic World and the Coming of Rome, Berkeley/Los Angeles, 1986. []
  19. Hegemony to Empire. The Development of the Roman Imperium in the East from 148 to 62 B. C., Berkeley, 1995. []
  20. Polis und römische Herrschaft in der späten Republik (149-31 v. Chr.), Berlin/New York, 1985. []
  21. p. 94. []
  22. En particulier Les cités grecques et leurs bienfaiteurs (IVe-Ier siècle av. J.-C.). Contribution à l’histoire des institutions, Athènes, 1985. []
  23. « Rome, Athènes et le philhellénisme dans l’Empire romain, d’Auguste aux Antonins », 1996, p. 210. [] []
  24. « La géographie de l’hellénisme sous la domination romaine », 2011, p. 13. []
  25. « Rome, Athènes et le philhellénisme dans l’Empire romain, d’Auguste aux Antonins », 1996, p. 205. []
  26. P. Salmon, compte-rendu de Bernhardt 1985, dans Revue belge de philologie et d’histoire, 66-1, 1988, p. 158. []
  27. D. Braund, compte-rendu de Bernhardt 1985 dans The Journal of Roman Studies, 78, 1988, p. 220. []
  28. p. 69. []
  29. p. 576. []
  30. p. 84. []
  31. Rome et le monde grec. Choix d’écrits, Paris, 2017. []
  32. Ferrary 2017 : 10. []
  33. « Le jugement de Polybe sur la domination romaine : état de la question », 2003, p. 26. []
  34. Ferrary 2017, p. 10. On pense à Édouard Will, qui publia entre 1979 et 1982 une réédition revue, corrigée, et augmentée de sa monumentale Histoire politique du monde hellénistique. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search