À propos

Ce carnet vise à diffuser et à prolonger les activités élaborées dans le cadre du séminaire « Ipse Dixit ».

Créé en 2021 par un collectif de trois doctorants de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, ce séminaire de recherche en historiographie des sciences de la Méditerranée antique (Orient ancien, Grèce et Rome) se tient une fois par mois durant le second semestre universitaire. Lors de chaque séance, un archéologue, égyptologue, latiniste, helléniste, historien ou historien de l’art présente à un public de chercheurs, doctorants, étudiants, spécialistes ou non de la discipline ou de l’objet de la séance, un auteur ou une thématique de son choix dans le domaine dont il est spécialiste.

Ce carnet est à la fois une vitrine pour le séminaire (p. ex. appel à communications, annonce du programme des séances, archivage des éditions précédentes, etc.) et un lieu gardant la mémoire des interventions par la publication de quelques billets scientifiques. Le contenu de ces derniers varie entre des comptes rendus des séances et de brèves notes scientifiques sur un point particulier des communications données. Celles-ci n’étant pas enregistrées, ni publiées sous forme d’actes, les billets publiés sur ce carnet permettront de garder une trace écrite des idées développées par les intervenants.

Sous les auspices de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 et le soutien des laboratoires ASM (UMR 5140) et CRISES (EA 4424) ainsi que des écoles doctorales TTSD (ED 60) et LLCC (ED 58).

                

Organisateurs

Louis Dautais, doctorant en Égyptologie et en Protohistoire égéenne depuis 2019. Son sujet de thèse s’intitule L’Égypte et le monde égéen (XVIIe-XIIe s. av. n. è.) : une approche globale et diachronique de leurs interactions (dir. Marc Gabolde et Charlotte Langohr, UCLouvain).

Alliant l’étude des textes et des images à celle des vestiges archéologiques, il s’intéresse aux échanges interculturels polymorphes entre l’Égypte et le monde égéen au Nouvel Empire et, plus globalement, aux mécanismes des interactions entre les civilisations de la Méditerranée orientale à l’Âge du Bronze récent. Il a participé à une dizaine de fouilles en France avant d’intégrer plusieurs projets archéologiques situés sur le pourtour oriental de la Méditerranée (Grèce, Cisjordanie et Égypte). Au cours de ses recherches, il est amené à préciser les différents courants de pensées qui ont façonné les Egypto-Aegean Studies ces 150 dernières années tout en étudiant plus en détail l’histoire de l’archéologie en Grèce et en Égypte depuis le XIXe siècle.

Éric Grau, doctorant en Histoire romaine depuis 2019. Sa thèse est dévolue aux Fines Imperii : les satrapies transtigritanes entre Rome et la Perse. Etude géopolitique d’une zone de frontière (IVe siècle av. J.-C. – VIe siècle ap. J.-C.) (dir. Antoine Pérez).

Sa thèse est la continuation de ses recherches commencées en master sur les satrapies du Tigre décrites par Ammien Marcellin au IVe siècle ap. J-C. Elle a pour objectif d’élaborer une histoire de la longue durée de ces territoires peu connus et situés sur le limes oriental de l’Empire romain. Pour mieux cerner l’histoire géopolitique de ces satrapies, ses recherches l’amènent à s’intéresser aux époques antérieures à l’occupation romaine, ainsi qu’à l’analyse de sources peu communes, comme les sources arméniennes et syriaques. Son travail nourrit le débat historiographique actuel sur la notion de limes à l’époque romaine, et, plus largement, sur la frontière durant l’Antiquité.

Sébastien Marchand, doctorant en Histoire grecque depuis 2019. Sa thèse est consacrée à Persée, dernier roi de Macédoine (179-168) (dir. Éric Perrin-Saminadayar).

Dès ses travaux de master, il a développé un intérêt particulier pour l’historiographie. Son mémoire, consacré à la présence grecque en Iran et en Asie centrale, l’a conduit à étudier la façon dont les historiens ont interprété depuis le XIXe siècle les conquêtes d’Alexandre, l’histoire de l’empire séleucide et l’implantation de communautés grecques en Asie. Sa thèse prend pour objet le dernier souverain de la dynastie antigonide, étudié à travers toutes les sources disponibles ; elle interroge également la méthode de la biographie en histoire antique. Ses recherches centrées sur la fin de la monarchie macédonienne l’amènent aussi à étudier les visions historiennes de l’impérialisme romain et des rapports des Grecs avec Rome.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search